Korean war & intervention in Ukraine – the same old good Soviet approach


[EN] I often hear the narrative that Russian troops did not invade Ukraine and do not participate in the invasion of Ukraine's Eastern regions of Donetsk and Luhansk, as well as Crimea.

The Russian tactic of involvement in armed conflicts inherited all techniques from the Soviet Union. To demonstrate that, I'd like to speak a bit about the war in Korea (1950-1953) and the Soviet involvement there, as well as Russian invasion of Ukraine.

It is no longer a secret that the Soviet pilots were fighting Americans in the Korean skies, that Soviet military advisors were in every department of the General Staff of the DPRK Army as well as on the field. The Soviet Union sent tanks, aircraft and all other military equipment to the North Korea during that war. However, the Soviets completely denied their involvement. Soviet pilots were not allowed to speak about their presence in Korea for more than 40 years.

In March 2014 Russian troops annexed Ukrainian peninsula of Crimea. Later in April-May 2014, Russians orchestrated the events, which Kremlin wanted to portray as a civil war, but clear Russian invasion (mercenaries and even regular troops) spoiled such plans. However, some people and Russian TV channels search for “arguments” to convince the public opinion that there's no Russian involvement and that Russia is neutral and simply seeks to bring peace in Ukraine.

I've never though it under such angle, but today I realized that there are common things in covering Soviet involvement in Korean war and in Russian invasion in Ukraine.

In January 1949 North Korean leader Kim Il-sung asked Stalin to support his attack on South Korea, but received negative answer. In April 1950, during his secret visit to Moscow, Stalin approved his military intervention, but under condition China's Mao Zedong approves it as well. That was the case and Korean war broke out in June same year.

In Ukraine, Russia simply used its propaganda machine voicing that the Russian-speakers in Ukraine are in danger, that Kyiv was occupied by 'nazi junta' and that Crimea “was always Russian”.

In Korea, Soviets covered the Soviet red starts on Mig-15 fuselages with the white color and painted the North Korean insignia (star in circle) to present those aircraft as the DPRK Air Force. The pilots received the Chinese uniform and were ordered to slouch and to squint in order to look shorter and more 'Asian'. According to Sergey Kramarenko, Soviet hero and military pilot participating in the Korean war, the pilots had to learn to commands in Korean language and to communicate during their missions in that language.

In Ukraine, the Russian tactic is still the same. Before sending tanks, they simply erase the red starts and numbers painting them with the appropriate color, give their troops the so-called Donetsk People's Republic uniform, and simply claim that those are Ukrainian volunteers “fighting fascist Kyiv junta”.

However, one thing is different, the Russian troops have been spotted for multiple times, and their troops even were captured on the Ukrainian soil. Moreover, in the case of Korean war, the Soviet delegation was absent at the UN Security Council and the UN Security Council Resolution 83 was adopted, recommending the UN member-states to provide military assistance to the Republic of Korea (South Korea).

In the case of Ukraine, Russia actively uses its 'veto right' at the UN Security Council to block any UN attempt to help Ukraine.

I am sure we can find more similarities with the two conflicted with Soviet/Russian direct involvement, but there is no need. Those, who try hard to launder Russia's image and cover or justify their involvement, will still repeat the same mantra about the 'Russian legitimate interests'.

Who knows, maybe in 40 years Russia will finally acknowledge its direct military intervention in Ukraine...
---
[FR] J'entends souvent que les troupes russes n'ont pas envahi l'Ukraine et ne participent pas à l'invasion des régions orientales ukrainiennes de Donetsk et de Louhansk, ainsi que de la Crimée.

La tactique russe d'implication dans les conflits armés a hérité des techniques de l'Union soviétique. Afin de le démontrer, je voudrais bien parler un peu à propos de la guerre en Corée (1950-1953) de l'implication soviétique là-bas, ainsi que de l'invasion russe en Ukraine.

Ce n’est plus un secret que les pilotes soviétiques se battaient contre les américains dans le ciel coréen, que les conseillers militaires étaient dans chaque département d’État-major de l'armée de RPDC, ainsi que sur le champ de bataille. Les Soviétiques envoyaient des chars, des avions et tout autre équipement militaire dans la Corée du Nord pendant cette guerre. Cependant, les Soviétiques niaient complètement leur implication. Les pilotes soviétiques n'ont pas été autorisés à parler pour plus que 40 ans à propos de leur présence en Corée.

En mars 2014 les troupes russes ont annexé la péninsule ukrainienne de Crimée. Plus tard en avril-mai 2014, les Russes ont orchestré les événements, que le Kremlin voulait présenter comme une guerre civile, mais une invasion claire russe (mercenaires et même les troupes régulières) ont gâché ces plans. Cependant, certaines personnes et la télévision russe cherchent des « arguments » pour convaincre l'opinion publique qu'il n'y a pas d'implication russe et que la Russie est neutre et cherche simplement à apporter la paix en Ukraine.

Je n'ai jamais pensé cela sous cet angle, mais aujourd'hui j'ai réalisé qu'il y a des choses communes dans la couverture de l'implication soviétique dans la guerre en Corée etde l'invasion russe en Ukraine.

En janvier 1949 le leader nord-coréen Kim Il-sung a demandé à Staline de soutenir son attaque sur la Corée du Sud, mais a reçu une réponse négative. En avril 1950, lors de sa visite secrète à Moscou, Staline a approuvé son intervention militaire, à condition que Mao Zedong de la Chine l'approuve également. C'était bien le cas et la guerre en Corée a éclaté en juin de la même année.

En Ukraine, la Russie a simplement utilisé sa machine de propagande disant que les russophones en Ukraine sont en danger, que Kyiv était occupée par la « junte nazi » et que la Crimée « a toujours été russe ».

En Corée, les soviétiques couvraient les étoiles rouges soviétiques sur les fuselages des Mig-15 avec de la peinture blanche et peignaient l'insigne nord-coréen (étoile en cercle) afin de présenter ces avions comme ceux de l'armée de l'air nord coréenne. Les pilotes recevaient l'uniforme chinois et ont été ordonné de se voûter et de plisser les yeux afin de paraître plus courts et plus « asiatique ». Selon Sergueï Kramarenko, héro soviétique et pilote militaire participant dans la guerre en Corée, les pilotes devaient apprendre les commandes en langue coréenne et communiquer durant leurs mission en cette langue.

En Ukraine, la tactique russe est toujours la même. Avant d'envoyer les chars, ils effacent simplement les étoiles rouges et les numéros en les peignant avec une couleur appropriée, donnent soi-disant l'uniforme de la République populaire de Donetsk, et revendiquent simplement que ces soldats sont des volontaires ukrainiens qui « se battent contre la junte de Kyiv ».

Cependant, une chose est différente, les troupes russes ont été repérées plusieurs fois, et leurs troupes même ont été capturées sur le sol ukrainien. En outre, dans le cas de la guerre en Corée, la délégation soviétique auprès du Conseil de sécurité de l'ONU était absente et la Résolution 83 du Conseil de sécurité de l'ONU a été adoptée, recommandant aux pays-membres de l'ONU de,fournir une aide militaire à la République du Corée (Corée du Sud).

Dans le cas de l'Ukraine, la Russie utilise activement son « droit de veto » au Conseil de sécurité de l'ONU afin de bloquer tout essai de l'ONU d'aider l'Ukraine.

Je suis sûr que l'on peut trouver plus de similarités entre ces deux conflits avec l'implication directe soviétique/russe, mais cela n'est pas nécessaire. Ceux, qui essaient vraiment de blanchir l'image de la Russie et de couvrir ou justifier leur implication, répéteront toujours le mantra sur « les intérêts légitimes russes ».

Qui sait, peut-être dans 40 ans, la Russie reconnaîtra enfin son intervention militaire directe en Ukraine.

Commentaires